L’effondrement du pouvoir d’achat immobilier : un naufrage global, un désastre pour les jeunes

Une étude du Crédit Foncier et de l’Université Paris Dauphine (http://goo.gl/jMoQ37) montre l’effondrement du pouvoir d’achat immobilier entre 1998 et 2010. Globalement, ce sont dans les villes où le marché a été le plus dynamique au cours de la décennie 2000 que l’effondrement de la capacité à acheter un logement adapté est le plus spectaculaire. Sur l’ensemble de la population, c’est un tiers qui pouvaient acquérir un logement pour habiter à Marseille il y a quinze ans, et qui ne le peuvent plus aujourd’hui. Paris, Toulouse, Lyon, Lille Bordeaux,… les agglomérations les plus attractives sont celles où le pouvoir d’achat immobilier connaît le recul le plus fort.

Capacim

Capacim5055
Evolution de la capacité d’investissement immobilier par ville, pour les 50-55 ans, entre 1998 et 2010
Capacim3035
Evolution de la capacité d’investissement immobilier par ville pour les 30-35 ans, entre 1998 et 2010

Les inégalités par âge ont tendance à s’accentuer. Le recul du pouvoir d’achat immobilier est plus fort pour les jeunes que pour les aînés. A Paris, en 1998, les quinquagénaires avaient deux fois plus de chance de pouvoir acheter un logement que les trentenaires. En 2010, ils ont six fois plus chance d’être parmi ceux qui ont le pouvoir d’achat suffisant.

CapacimAge

Il est par ailleurs impressionnant de voir le pouvoir d’achat d’une même génération reculer avec le temps. Parmi les jeunes de 25-30 ans qui pouvaient envisager d’acquérir un logement à Lyon en 1998, un tiers de ceux qui sont devenus des quadras n’est plus en situation de pouvoir réaliser cet investissement.

CapacimParAgeLyon

fais tourner !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Seo wordpress plugin by www.seowizard.org.